Le comportement

L'indépendance

 
Le monde des chats

Les races
Alimentation
Santé et maladies
Anatomie
Conseils - fiches
Comportement
Soins et entretien
Culture et médias
Histoire et croyances
Autour du chat
Sur internet

 


Le comportement

Avec les autres animaux
Les chats et l'eau
Le jeu
Relation chat-maître
La chasse
Le territoire
Le patounage
Les chats ratiers
Le ronronnement






Le chat choisit son maître (et non l'inverse)
Il s'agit sans doute de l'un de ses traits de caractère les plus marqué et ce quelle que soit la race. Pour traduire cette profonde indépendance on dit souvent qu'un maître ne possède pas un chat mais que le chat possède son maître. Il n'y a que très peu d'exagération dans la phrase précédente puisque c'est en général effectivement le chat qui choisit son maître au sein de la cellule familiale et accepte de rester à ses côtés tant que les conditions qui lui sont offertes sont acceptables : une nourriture saine et abondante, un gîte confortable et de l'affection en proportions mesurées. Par ailleurs il serait plus juste de parler de « compagnon » que de « maître » à propos de la personne choisie par un chat.
   

Des chats fugueurs
Cette indépendance le pousse par ailleurs parfois à quitter temporairement ou définitivement son foyer pour faire des fugues qui le conduisent à être adopté par un nouveau maître. Les chats désespérément recherchés par leur maître (on croise régulièrement des affiches) sont donc souvent parti de leur plein gré vers des cieux plus cléments ou des gamelles mieux remplies.

Des chats qui recherchent désespérément leur maître
Cette tendance à fuguer doit cependant être nuancée car on peut aussi parfois observer d'autres phénomènes qui à l'inverse indiquent un réel attachement des chats à leur foyer. En effet, certains félins abandonnés accidentellement ( sur un lieu de vacances, chez des amis sur une aire de repos...) sont capables de parcourir des distances étonnantes pour retrouver leur maître.

Indépendant aussi de ses congénères
Cette indépendance se manifeste aussi vis-à-vis de leurs congénères avec qui les échanges sont le plus souvent conflictuels. Il est en particulier assez difficile de faire accepter un autre chat dans sa maison (surtout du même sexe) sans que d'abord ne se manifeste de l'agressivité (il est souvent nécessaire d'être patient et de faire appel à tout un rituel de présentation). En outre les chats errants  forment en ville des bandes admettant bien un leader mais aucune autre forme de hiérarchie : seule existe la soumission (volontaire) au chef mais il n'y a pas d'obligation vis-à-vis des autres membres.
 
_____________________
 

_____________________