Histoire, croyances et mythologie

La domestication du chat

 
Le monde des chats

 Les races
 Alimentation
Santé et maladies
Anatomie
Conseils - fiches
Comportement
Soins et entretien
Culture et médias
Histoire et croyances
Autour du chat
Sur internet


 



L'Égypte antique

L'Europe antique

L'Asie

Le moyen Âge



La préhistoire
À l’issue de la dernière ère glaciaire, avant que ne débute la domestication, il existait environ une quarantaine de races de félins. L’absence de chats sur les peintures rupestres nous indique que les chats ne figuraient pas parmi les gibiers habituels. Nos lointains ancêtres n’affectionnaient sans doute donc pas la viande de félin. Ces derniers étant des carnivores leur chair possédait un goût moins fin et moins appréciée que celle des herbivores.

 

Les origines de la domestication du chat
L’évènement qui a marqué le début de la domestication des chats par l’homme est sans aucun doute la naissance de l’agriculture. Celle-ci s’accompagne de l’apparition de stocks de nourriture qu’il devient nécessaire de protéger des rats et autres rongeurs qui n’hésitent pas à venir les piller. Le chat est un prédateur qui se montre très efficace dans la chasse de ces nuisibles et c’est cette qualité qui lui vaut d’être accueilli par l’homme dans ses greniers dans un premier temps puis dans ses habitations. Si la domestication du chat coïncide avec l’avènement de l’agriculture alors celle-ci date d’environ 10 000 ans ce qui est relativement peu en comparaison de celle des chiens qui existe depuis au moins 30 000 ans. Cela explique que le chat conserve encore un certain nombre de caractères sauvages. Par ailleurs l’existence de chats domestiques n’est réellement attestée que depuis 2000 ans par des par des peintures, statuettes et hiéroglyphes qui proviennent de l’Égypte antique.

Le chat: un animal commensal
À l’origine l’association de l’homme et du chat repose donc sur des intérêts communs : l’homme a besoin d’un chasseur pour préserver ses récoltes et son habitation tandis que le chat dispose de proies faciles à repérer et éventuellement de nourriture fournie par l’homme. Cette relation a cependant évolué jusqu’à ce que l’homme y trouve un intérêt affectif et fournisse gracieusement gîte et couvert. Le chat est donc un animal «commensal » (animal qui bénéficie de la nourriture d’un autre animal ou d’une plante sans qu’il y préjudice).