Le monde des chats

Guide d'informations sur nos amis les félins

    Ses différentes désignations

    On la désigne aussi sous le sigle HCM tiré de l’appellation anglo-saxonne Hypertrophic cardiomyopathy.

    Qu’est-ce que la cardiomyopathie hypertropique ?

    La HCM est une des maladies cardiaques les plus courante chez les chats. Elle affecte toutes les races mais les british shorthair y sont davantage prédisposés. Elle s’accompagne d’un épaississement des muscles du coeur (myocarde) qui entraine une insuffisance cardiaque. Cette dernière peut provoquer un décès brutal par une thromboembolie au cours de laquelle un caillot vient obstruer un vaisseau sanguin ou suite à une lente déterioration des fonctions vitales.

    Le mécanisme de la HCM

    La HCM est une maladie génétique qui empêche un fonctionnement normale des cellules musculaires cardiaques atteintes. Le coeur sollicite davantage les cellules saines restantes dont le nombre croît anormalement provoquant un grossissement des paroies cardiaques ce qui correspond à ce que l’on appelle une hypertrophie.

    La capacité de remplissage des ventricules du cœur diminue : chaque battement provoque un pompage puis un refoulement d’une quantité moins importante de sang. Pour compenser cette perte de capacité, le cœur se met à battre plus vite mais aussi de manière plus anarchique et moins efficace. Les différents organes sont donc alimentés par un débit plus faible de sang, reçoivent moins d’oxygène (que le sang véhicule) et le cœur est sollicité de manière plus intense.

    Le despistage

    Avant que la progression de la maldie provoque une insuffisance cardiaque, le chat semble normal aux yeux de son propriétaire mais un vétérinaire est en principe cabable de repérer certains signes comme un rythme cardiaque irrégulier. En pratiquant un examen comme un électrocardiogramme et surtout une échographie il peut la détecter avec certitude. Il est aussi possible de dépister la HCM à l’aide d’un test génétique chez les Maine Coon et les Ragdoll mais pas chez les British Shortair qui sont pourtant les plus exposés.

    Les origines génétiques de la maladie

    Il semble que la HCM soit causée par un gène autosomique dominant ce qui implique qu’un chaton recevant ce gène d’un seul de ses parents sera quand même atteint. Il y a cependant encore des incertitudes à propos des origines de la HCM qui semble liée à la combinaison de plusieurs gènes.

    Les symptômes

    Sous ses formes les moins virulentes, la HCM ne conduit pas à une insuffisance cardiaque, celle-ci passe alors inaperçue et les chats atteints peuvent vivre normalement : il s’agit de la majorité des cas. Sous ses formes plus sévères, la HCM provoque une insuffisance cardiaque s’accompagnant de divers effets secondaires qui s’agravent au cours de la progression de la maladie tels que des oedemes pulmonaires causés par la  présence de fluides dans les poumons ou thromboemblies, potentiellement mortelles, causées par la formation de caillots.

    Les traitements

    Il existe des traitements préventifs et curatifs qui permettent de lutter contre les effets secondaires de la HCM mais dans les cas les plus graves, ils ne font que retarder la phase terminale si douloureuse pour le chat qu’elle nécessite souvent son euthanasie.

    Source : Universities federation for animal welfare.

    Santé et maladies

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.