Le monde des chats

Guide d'informations sur nos amis les félins

Les chats abandonnés

Moins d’abandons de chats que de chiens

L’abandon des chats est nettement plus rare que celui des chiens, car ces derniers nécessitent en général plus d’espace, plus d’attention, plus de soins vétérinaires, plus de nourriture et donc globalement plus de dépenses. Les chats pèsent donc moins sur le budget familial, se font plus discrets et la nécessité de s’en séparer est en général moins forte.

Parfois ce sont les chats qui abandonnent leur maître

Les chats sans maître sont cependant plus nombreux que les chiens car ce sont des animaux plus indépendants qui choisissent souvent eux-même de partir pour mener une nouvelle vie en rejoignant d’autres chats errants. Ce phénomène peut se produire aussi bien en milieu urbain qu’à la campagne où ils peuvent alors devenir des chats harets : des chats initialement domestiques retournés à l’état sauvage.

Les chats peuvent très bien se débrouiller sans maître

En ville, les chats abandonnés ont tendance à former de grands groupes et gardent leurs instincts sauvages qui leur permettent de survivre et de subvenir à leurs besoins. Ils peuvent par ailleurs compter sur la sympathie de nombreuses personnes qui se montrent attentionnées et dispensent volontiers caresses et nourriture aux chats des rues.

Abandonner un chat est plus difficile qu’il n’y paraît

Il peut être plus difficile que prévu d’abandonner un chat car certains sont capables de parcourir d’immenses distances pour rejoindre leur maître. De nombreux témoignages étonnants existent à ce sujet.

Chat et personnes âgées

Il arrive que les chats deviennent les derniers compagnons de personnes âgées avec qui ils partagent affection, attention et réconfort. Cependant, lorsque ces dernières décèdent, ils se trouvent alors livrés à eux-même, parfois mis à la porte par les héritiers qui ne souhaitent malheureusement pas prendre en charge un nouvel animal domestique.

La loi interdit d’abandonner un chat

Abandonner volontairement son chat (ou un autre animal domestique) est considéré comme un « acte de cruauté ». Les lois Grammont et Michelet punissent ce délit par des peines pouvant aller jusqu’à six mois de prison.

Autour du chat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.